Accueil / Tests / Test E-Cigarettes / La nouvelle EGO AIO ECO

La nouvelle EGO AIO ECO

Joyetech est connu pour ses kits et ses accessoires de vapes innovantes. Dans la série des EGO AIO, il présente le tout nouveau ECO AIO ECO qui reprend les mêmes principes du kit de démarrage initial mais cette fois-ci avec des spécifications différentes. L’objectif du constructeur est de proposer un accessoire minimaliste qui ne nécessite pas une grande manipulation pour fonctionner. Le produit est simplifié au maximum, ne présentant que le minimum nécessaire pour une vape quotidienne mais avec une particularité bien distincte de ses prédécesseurs soit un accu de faible performance qui vise l’économie d’énergie.

Présentation générale de l’accessoire

On a face à nous un kit de démarrage tout en un ou All In One (AIO) très compact qui se tient bien dans la main et dans n’importe quelle poche, avec une longueur mesuré à 11.3 cm pour un diamètre de 14 mm. Tout a été redimensionné et on ne peut s’empêcher de faire la remarque sur la tendance de Joyetech qui semble axée sur les miniatures. Les habitués des précédentes versions (déjà très compactes) s’y retrouveront avec ce petit kit qui ne cherche ni réglage, ni puissance ni capacité. Au contraire, le vapoteur se résignera à s’employer sur du sur-mesure sur lequel le bouton fire et la couleur des leds rétro éclairantes sont les seules actions possibles.

Sur le design, il n’y a pas grand-chose à dire, le plastique et la structure du matériel est de très bonne qualité et la prise en main est facilitée. A première vue, la surface de l’appareil est sèche et rigide, sans déformation, qui permet au manipulateur d’exécuter son vapotage en toute sérénité, le risque de le voir glisser des mains est très minime. Le corps est bien cylindrique et opaque, il n’y a pas de décoration ou de gravure, cependant c’est au niveau du réservoir (pyrex transparent) que l’aspect est différent où on peut voir la quantité de liquide restant. Le rétroéclairage configurable, repris des anciennes versions, permet d’identifier la marque parmi d’autres produits.

Coté specs, on a droit à une petite batterie de 650 mAh qui fait bien son travail en délivrant une petite puissance économique de 7 watts agissant timidement sur la résistance BFHN Ego Aio de 0.5 ohm. La charge de l’accu se fait à partir d’une prise USB et le système est doté de la technologie pass Through permettant au vapoteur d’utiliser le matériel branché. Pour le réglage, il dispose d’un airflow intégré qui gère bien le flux d’air et la densité de la vape qui en ressort.

L’utilisation et la maniabilité reste la même, malgré la taille du kit, la recharge du réservoir est facilité par le déversement à partir du haut. Il suffit de dévisser le top cap (moins d’un tour complet) pour trouver la tête de remplissage qui est assez grande même pour les utilisateurs ayant de grosses mains.

Enfin le rendu est satisfaisant si on part du fait que ce n’est pas une bête de compétition. Sa configuration retrace une utilisation sobre et fine qui ne recherche ni la puissance ni la profondeur. La basse résistance se combine avec la faible puissance pour une vape moyennement dense (voire peu de vapeur) accompagné d’un drip tip court qui engage un tirage serré et une inhalation indirecte.

Encore plus petit et plus simple

L’avantage d’un Kit all in one, c’est sa prise en main. Joyetech connaît bien les caractéristiques de la vape du débutant et il a configuré son dernier-né dans ce sens. Une vapeur fine et tendre qui réagit de manière très souple pour ne pas bousculer le vapoteur. Clairement, l’objectif est de proposer un accessoire d’incitation, qui ne reflète que les bases de l’expérience vapologique. Inutile dans ce cas de se ruer vers un outil très high Tech bourré de réglages et de spécifications, l’essentiel c’est que la prise en main soit directe et familière, ce qui résume bien l’EGO AIO ECO dans son ensemble.

Dans ce même contexte, la simplicité a été poussée jusqu’au bout avec une forme homogène et cylindrique. On a l’impression de tenir un stylo et les réflexes se tournent vaguement vers la manipulation d’une tige de cigarette avec son diamètre de 14 mm. L’ensemble est ergonomique et sa présence se fait rapidement oublier après quelques instants, effectivement il est si fin et si léger qu’on a du mal à penser qu’on tient une cigarette électronique entre les doigts. Ensuite, le kit n’a pas de réglage, il ne présente que le bouton tir comme action. Un appui successif de cinq reprises démarre la batterie et il suffit d’appuyer pour attendre la vape au bout de l’embout buccal. A part ça la couleur du voyant du réservoir peut être modifiée selon l’ambiance recherchée par l’utilisateur, et comme sur les versions précédentes, un mode discret est proposé (sans couleur) afin de préserver l’intimité du vapoteur car personne une session de vape ne reste un moment de détente qui n’a pas toujours besoin d’ambiance.

Performances

On peut respecter la vision de Joyetech sur les besoins primordiaux des vapoteurs débutants, mais de là à sacrifier certaines caractéristiques comme la puissance ou la densité, c’est un peu trop négligé. Le système de chauffe de l’appareil tourne avec un accu de 650 mAH ce qui est compréhensible vu la taille de l’accessoire. Sa résistance BFHN de 0.5 ohm est une petite merveille qui semble promettre des séances bien musclées (surtout avec une bonne dose de nicotine), jusque-là tout va bien.

Cependant, la puissance accordée par l’accu, qui est de 7 watts reste trop faible pour pousser ce coil à émettre un bon hit. Même si cela répond à la question d’économie d’énergie et de liquide, ça reste en dessous de ce qu’on peut espérer d’une bonne vape, puisque les utilisateurs qui ne portent pas la nicotine dans leur cœur seront privés des bonnes sensations, ce qui est très dommage.

Dans ce contexte de puissance, on se résignera aux douces sensations et aux faibles densités (pas beaucoup de hit). Les gros fumeurs avides de nicotines seront les premiers servis, et puisque le premier objectif de la cigarette électronique est de sevrer le sujet du tabac, on lui pardonnera ce choix. Toutefois, la récompense acquise avec les saveurs puissantes avec une répartition dominante en VG est très satisfaisante. Avec son drip tip serré et son airflow fixe, l’efficacité est au rendez-vous quand on prend le temps de suivre son rythme et la performance de la résistance est très appréciable surtout pour les vapes chaudes et agressives. De quoi équilibrer la balance sur les pour et les contres du produit.

Utilisation et ergonomie

En tant que kit de démarrage, il remplit les principaux critères essentiels à l’épanouissement du vapoteur novice. Il n’y a presque rien à apprendre, il suffit de recharger le réservoir (en pyrex pour faciliter le suivi de la consommation) en dévissant le top cap d’un simple tour, d’appuyer cinq fois sur le bouton tir et d’attendre la vape. Dans cet automatisme, l’ancien fumeur est priorisé car le réflexe à apprivoiser ne diffère pas trop de la cigarette. Le drip tip court et étroit facilite l’inhalation indirecte de la vapeur. Pour ceux qui veulent récolter une vape plus dense et plus directe pourront toujours remplacer l’embout à condition de trouver la dimension convenable, il en est de même sur le flux d’air qui peut être reconfiguré laissant plus de liberté à l’atomisation.

L’autonomie de la batterie est optimisée pour le vapoteur débutant qui n’a pas le temps de charger son appareil après chaque session. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la puissance a été négligée. Et si la consommation en énergie n’est pas outrageuse, cela permet également d’économiser le liquide dans le réservoir qui est de très faible capacité (de 1.2 ml), comme quoi le système arrange le matériel de la meilleure manière pour permettre une vape quotidienne sans interruption intempestif. Dans le cas où la batterie se déchargerait trop vite, le système pass Through pourra toujours garder le matériel en éveil à partir d’un branchement sur ordinateur ou sur secteur, d’autres part, ce système de charge ne prend qu’une demi-heure pour remplir l’accu grâce à sa capacité de 1A très pratique.

Les points fort du kit EGO AIO ECO

Le nom du petit dernier de Joyetech résume bien les caractéristiques de l’accessoire. L’All In One est bien représenté dans ce matériel économique, compact et homogène sans technologie superflue. L’avantage de ce genre de kit c’est la praticité, il suffit d’introduire le liquide (facile à remplir) à partir du haut, de démarrer la batterie par cinq appuis successifs et d’enclencher le bouton tir. En tant que kit de démarrage, il s’arme du minimum vital et s’acquitte bien de sa mission ; le matériel n’est pas encombrant, la batterie est tenace pour sa puissance et la vape n’est pas trop expressive… tout ce qu’il faut pour un débutant.

Les points faibles

Bien que Joyetech annonce la couleur d’un kit minimaliste pour débutant, la performance semble trop faible et ne laisse pas de marge d’évolution au vapoteur, qui devra s’en séparer après quelques mois pour essayer d’autres saveurs nécessitant plus d’énergie. Le minimum qu’on aurait pu avoir c’est un airflow réglable pour permettre au hit de s’exprimer comme il se doit, mais la marque n’a pas voulu s’aventurer là-dessus, ce qui limite énormément la capacité de l’appareil.

Caractéristiques techniques :

Marque : Joyetech
Type : Kit de démarrage All In One
Format : compact tube
Série : EGO AIO ECO
Accu : 650mAH
Résistance : BFHN 0.5 ohm
Diamètre : 14 mm
Hauteur : 11.3 cm
Charge : USB 1A
Réservoir : pyrex 1.2ml

Contenu de la boite :

Un kit EGO AIO ECO
Une résistance BFHN 0.5 ohm
Un câble USB de charge
Une notice d’utilisation
Une trousse de rangement des pièces

La nouvelle EGO AIO ECO
Rate this post

À propos Sarah Dutrani

Grande passionnée du monde des vapoteurs, j'ai découvert la cigarette électronique il y a déjà 3 ans et je suis devenu une grande adepte ! Ancienne fumeuse de Tabac j'ai pu arrêter grâce à la cigarette électronique. Aujourd'hui je m'occupe du blog Kinamik afin de transmettre mon expérience sur le sujet.

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués avec *

*