ActualitésTest E-liquidesTests

Beurk Research

Arrivé depuis un peu plus d’un mois sur le marché, Beurk Research propose une gamme de liquides à l’univers visuel très particulier. Bertrand Baillot, le créateur, révèle les secrets de la gamme et son histoire.

Beurk Research est le nom d’une gamme de quatre e-liquides dont les saveurs sont aussi travaillées que son univers. Oui, car la gamme est dotée d’une double personnalité. Il y a d’abord eu les liquides Beurk Research. “Ça a commencé en 2016, explique Bertrand Baillot, lorsque la TPD a pointé le bout de son nez sans qu’on sache trop exactement les conséquences que ça allait avoir. J’avais peur de ne plus trouver les liquides que j’aimais, à commencer par ceux à tête d’alien…”

Ses cobayes ? Son entourage

“Je me suis donc mis à faire moi-même mes propres liquides, comme je voyais d’autres en faire, poursuit-il. À ce moment-là, la disponibilité pérenne du DIY n’était pas encore garantie, mais c’était un risque à prendre.”

Au début, Beurk Research, c’était un simple trollage en règle.

Bertrand Baillot

Bertrand Baillot analyse également le DIY avec recul. “Ce n’est pas forcément économique puisqu’il faut tester les arômes, il n’y a pas d’autre moyen. Donc on en achète beaucoup, certains ayant une durée de vie très réduite entre le déballage du colis et la poubelle… J’ai donc commencé à me faire mes petits jus et à les ajuster de version en version, en utilisant tout mon entourage comme cobaye. Les quelques grimaces que j’ai eu à subir ont forgé ma persévérance…”

Antidesign et radicalité

Au début, Beurk Research, c’était un simple trollage en règle. “Mon métier, c’est graphiste, je travaille dans le marketing, explique Bertrand Baillot. Donc, je me suis amusé à créer des étiquettes rigolotes, pour mon usage personnel. Puis ça m’a tellement amusé que j’ai lancé le site Beurk Research. C’était purement une parodie.”

Ce sont les fake news qui tournent autour de la vape qui lui ont inspiré son univers : l’eau dans les poumons, les souris qui meurent, etc. “Je voulais m’amuser à ridiculiser tout ça et c’était aussi une sorte d’exutoire par rapport à mon métier. On me demande du joli, des choses impeccables, je me suis défoulé avec Beurk en faisant de l’antidesign, avec des visuels dérangeants et une mise en page de travers”, confie-t-il.

Cependant, on ne se renie pas. “En fait, ce n’est pas facile de faire de travers, sourit Bertrand Baillot. Il faut que ce soit fait d’une manière très ordonnée, sinon, c’est juste moche !” Et puis, finalement, Bertand Baillot s’est pris au jeu. L’idée de faire de bons liquides et de les appeler Beurk l’a amusé.

La professionnalisation

Jusque-là, il faisait goûter ses liquides à ses amis. “Ils me disaient tous que c’était bon, mais ce sont des amis, ils veulent me faire plaisir. Si ça se trouve, quand j’avais le dos tourné, ils vomissaient !”, rigole le créateur de Beurk Research. Pour avoir des retours plus sûrs, il commence à faire goûter à des gens qu’il ne connaît pas, et de préférence à des professionnels.

Parmi eux, il fait la connaissance de Michel Argouët en 2018. “Nous avons beaucoup échangé sur le sujet, et c’est lui qui m’a dit que j’avais déjà les produits et un concept qui tournait autour, alors pourquoi ne pas passer à l’étape supérieure ? J’y pensais déjà, un peu, et ça a été le déclic”, explique Bertrand Baillot. À l’aide de l’équipe d’Exaliquid, il sélectionne et peaufine chaque liquide. Sur les 8 recettes qu’il avait en stock au départ, il en retient finalement 4.

Il ne se projette pas encore sur le long terme. “Les liquides plaisent pour l’instant, mais le marché de la vape est changeant et impossible à prédire. Je n’ai pas planifié d’en faire mon métier, aujourd’hui. Ce qui compte, c’est que tout le monde y trouve son plaisir, à moi de raconter les histoires autour et aux vapoteurs de les déguster”, explique-t-il humblement.

Depuis un peu plus d’un mois, la gamme est disponible sur le site de Beurk Research et celui d’Exaliquid.

Beurk Research, la revue des jus

Tarte de la Montagne

Description : “J’ai voulu rappeler ces tartes mûres/myrtilles qu’on mange l’été à la montagne”, explique Bertrand.

La dégustation : Effectivement, la promesse est tenue, vous aurez une tarte aux mûres, mais avec quelque chose derrière. On sent qu’au-delà des arômes attendus, il y en a d’autres, peut-être un fond d’épices douces, une touche de crème, un certain nombre d’ingrédients mystérieux, qui poussent la promesse au-delà des promesses, justement. C’est une tarte aux mûres, mais pas une parmi d’autres. Il y a cette touche de je-ne-sais-quoi qui la rend reconnaissable à la première puff.

Classic Vaurien

Description : “J’ai voulu en faire un classic presque gourmand, puisque la plupart du temps ce sont souvent des néo-vapoteurs qui vapent les classic, et je voulais les initier, ceux de mon entourage en tout cas, aux possibilités de gourmandise dans la vape.”

La dégustation : Effectivement, c’est un classic, bien gourmand et extrêmement complexe. Là, j’avoue être embêté, parce que je n’ai pas du tout aimé, mais ce sont mes goûts personnels qui sont en cause. On va faire bref : le Grumpy’s Hooch vous manque ? Vous voudriez retrouver un liquide du même calibre, voire en mieux si possible ? Prenez le Classic Vaurien, sans hésiter.

Double Enigma

Description : “Pour le Double Enigma j’ai voulu équilibrer tous les ingrédients pour qu’ils se marient sans que l’un ne prenne le pas sur l’autre.”

La dégustation : Selon les moments, le matériel, la puissance que vous utilisez, vous sentirez plutôt une tarte ou un cake, de la vanille ou de la frangipane, un fond liquoreux ou non… Indescriptible. C’est un liquide que l’on pourra adorer ou détester, mais dont on pourra vaper des litres sans jamais réussir à déterminer si on l’aime ou on le déteste. Le vrai coup de cœur de la gamme.

Tarte au citron

La dégustation : “J’adore la tarte au citron en général… Bon, il fallait un liquide dont le nom soit un appel, et la tarte au citron est clairement celui qui parlera aux vapoteurs, mais aussi celui sur lequel je serai jugé.”

La dégustation : Effectivement, on ne plaisante pas avec la tarte au citron. Et, d’emblée, on voit que Bertrand la prend très, très au sérieux. Quoi d’étonnant pour celui qui n’hésite pas à traverser Paris pour goûter la tarte au citron dans une pâtisserie qu’il ne connaît pas ?

Le liquide est citronné. Un bon citron, bien naturel, juste sucré ce qu’il faut, avec la touche d’acidité qui va bien. La tarte aussi est impeccable, elle se fera juste un peu discrète à bas wattage. Difficile de décrire, finalement, une recette de tarte au citron. Tout le monde sait ce que c’est, et il n’y en a que deux catégories : les bonnes, et les mauvaises. Celle-ci se positionne d’emblée sur le podium. Clairement, elle n’invitera pas la Lady au Dinner : elle vise plutôt à lui faucher sa chaise, en proposant une déclinaison plus subtile et moins sucrée de la recette classique. Croyez Bertrand : quand il dit qu’on peut rire de tout, sauf de la tarte au citron, c’est du sérieux.

Les 4 saveurs Beurk Research sont disponibles en 50 ml non nicotiné au prix de 19,90 €.

Bouton retour en haut de la page
Fermer