Actualités

Birdy Vape : les liquides dans l’air du temps

Peut-on être vapoteur, responsable et engagé ? C’est la question à laquelle Birdy Vape s’est donné pour mission de répondre, en proposant un véritable retour aux sources. Un concept alternatif simple accompagné d’une gamme de liquides qualitative qui défend avant tout l’environnement et privilégie les boutiques.

Une histoire de passion

Ambre Pujol et Valentin Masset sont les deux fondateurs de Birdy Vape. C’est durant des vacances dans le Sud de la France que l’idée germe au sein du couple. “Nous voulions créer une marque ensemble, mais pas forcément de vape, explique Valentin Masset. Mais personnellement, ça me tenait à cœur de persévérer dans le domaine du vapotage. Notre première source d’inspiration fut à l’évidence le voyage, l’évasion et la beauté de la nature qui nous entoure. Les découvertes et la notion d’exploration nous ont toujours fascinés. Je suis d’ailleurs un grand passionné d’astronomie.” Toujours la curiosité pour l’ailleurs, donc.

Seul Valentin Masset vient de la vape. Quant à elle, Ambre Pujol est designeuse retail, spécialisée dans le domaine de la fragrance et des cosmétiques. Elle crée et réalise différents projets en 3D pour le compte de grandes marques de luxe. Des compétences qui sont précieuses à Birdy Vape. Son compagnon a, quant à lui, suivi un parcours riche, qui lui a permis d’avoir un aperçu global du marché : “J’ai démarré en boutique, comme vendeur, puis j’ai rejoint Sunny Smoker, que j’ai quitté pour Alter Smoke, un réseau de boutiques, avant de devenir commercial pour Savourea. Par la suite, j’ai assuré quelques missions de développement en free-lance.”

Valentin Masset souhaite se lancer dans un projet plus personnel, créer une marque avec sa compagne, et s’engager dans la transition écologique. Peu à peu les pièces du puzzle se mettent en place.

“Le marché de la vape est saturé de plastique, explique-t-il. En grande partie par la faute de la TPD européenne. C’est un marché qui pollue énormément, avec les batteries, les résistances, le packaging et surtout à cause des flacons qui sont rarement recyclables.” La réflexion du couple s’oriente alors vers les schémas d’économie circulaire : “Nous avons privilégié d’emblée une écoconception, qui minimise l’impact environnemental grâce à des matériaux éco-friendly.”

Le projet de Birdy Vape est simple : le consommateur s’offre son premier flacon en verre Birdy (30 ml). Lorsque celui-ci est vide, il le conserve précieusement et revient avec en boutique pour se ressourcer à la fontaine Birdy. Et ainsi de suite !

La fontaine d’abondance

La fontaine existe en deux versions : une orientée vers le vendeur, configuration dans laquelle c’est le conseiller qui remplit la bouteille, et l’autre orientée vers le client, en libre-service.

“Pour être exact, précise Valentin Masset, c’est une seule et même fontaine qui peut être montée de deux façons différentes. Nous ne voulions pas multiplier les produits, toujours dans cette démarche de simplicité et d’écoconception”

Le corps de la fontaine est en bambou, découpé au laser. Les bocaux d’une contenance d’1,2 litre ont été moulés sur mesure et leurs bouchons hermétiques sont estampillés. Les robinets sont en acier inoxydable de grade alimentaire. “Nous avons fait de nombreux tests d’inertie pour avoir un produit qui soit à la fois pleinement efficace et totalement sûr, souligne l’entrepreneur. Les robinets et toutes les parties de la fontaine en contact avec le liquide ont été testés et conçus en ce sens.”

La fontaine a d’ailleurs fait l’objet de dépôts de brevets à l’INPI. “Sa conception a pris un peu plus d’un an”, précise-t-il.

Flacon costaud et concept solide

Le flacon Birdy est en verre borosilicate, d’une contenance de 60 ml rempli à 30 ml. “C’est un verre très solide, résistant à la chaleur”, assure Valentin Masset.

Ce flacon en verre a d’ailleurs donné du fil à retordre à Birdy Vape. “Nous voulions un matériau durable, dans la même logique d’écoconception, et là encore, nous avons fait de nombreux tests et essais avant de trouver les bons bouchons. Ils sont aux normes, offrent une parfaite garantie de sécurité à nos clients, tout en restant dans notre cahier des charges, souligne-t-il. Par ailleurs, nous avons pris soin de réaliser des étiquettes sur un papier à grain déperlant et d’apposer une graduation sur les flancs de chaque flacon.”

La simplicité d’utilisation est au cœur des préoccupations de Birdy Vape. “Nous privilégions l’usage à la possession. Notre idée, c’est de vendre un service plutôt qu’un bien. Dès lors, tout ce qu’il y a autour, les flacons, la fontaine, le design, doit être au service du produit, ça ne doit pas constituer le produit en lui-même”, explique le créateur d’entreprise.

Ce concept a plusieurs effets positifs : “l’utilisation et la réutilisation des flacons en verre allongent la durée d’usage, ce qui remplit notre objectif d’avoir un produit durable, et donc responsable d’un point de vue écologique. Cela permet de fidéliser de manière collaborative la clientèle, qui vient et revient se ressourcer de sa saveur préférée.”

Conçus pour les boutiques physiques

Mais du coup, la vente sur Internet va être compliquée, non ? “Oui, mais c’est un choix, répond Valentin Masset. Notre produit est spécifiquement conçu pour les boutiques physiques. Vendre uniquement des flacons à usage unique, ce serait contradictoire avec notre volonté de proposer un produit durable et donc réutilisable.”

Valentin Masset n’est pas un fervent supporter de la vente sur le Web. “Cela permet de réduire les coûts pour de nombreuses raisons, il y a un côté déloyal à cela. De nombreuses boutiques souffrent de cette concurrence et c’est pour cela que notre projet leur est adressé exclusivement. Sans compter que le principe de remplissage permet d’augmenter le trafic en magasin et augmente considérablement le chiffre d’affaires au mètre carré !”, assure le chef d’entreprise.

Certaines boutiques disposent aussi d’un site en ligne. “C’est vrai, reconnaît-il, mais ce sont des sites où les volumes sont bien moindres que les spécialistes du secteur. Peut-être que certains de nos partenaires en vendront sur leurs sites Internet, on ne s’y opposera pas puisqu’ils répondent aux besoins de leur propre clientèle.”

Une affaire de liquides

Il faut aborder le sujet des choses qui fâchent, c’est-à-dire les fontaines en elles-mêmes. Certains leur reprochent que les liquides y stagnent trop longtemps, que bactériologiquement, c’est limite, et que surtout, les éléments qui constituent le liquide se séparent au fil du temps, le tout donnant un résultat discutable.

Valentin Masset est très serein à ce sujet : “Concernant l’hygiène de la fontaine, justement, cela a fait partie de notre cahier des charges à la conception, on en a parlé tout à l’heure. D’autant plus que l’on évite le transfert de matières grâce au verre. Le problème des liquides qui stagnent trop longtemps dans les distributeurs de nos confrères est différent. Généralement, ce sont soit des produits complexes, chargés en VG, qui ont pour segment un nombre restreint de vapoteurs, soit des catalogues trop larges, où seulement quelques références ont une bonne rotation pour ne pas connaître cette problématique. Il faut un jus extrêmement fidélisant. Nos liquides sont assez distincts et segmentants. Les clients qui adhèrent y restent très fidèles car le packaging et le geste écoresponsable font naître une relation particulière avec Birdy.”

La conception de Birdy Vape est différente. “Notre offre est claire, explique-t-il. Quatre références en apparence simples, conçus pour être des parfaits all day, en répondant aux demandes des boutiques.”

Les liquides Birdy Vape correspondent en effet à ce qui se vend le mieux auprès des primo-vapoteurs : des liquides authentiques, agréables à vaper, pas écœurants et, surtout, que l’on peut booster jusqu’à des taux de nicotine assez élevés. “La bouteille de 60 ml est remplie à 30 ml de liquide, et le reste peut servir à mettre des boosters jusqu’à 9 mg/ml, la concentration le permet”, affirme-t-il.

Et la gamme se compose de quatre liquides qui couvrent tous les goûts que le créateur passe en revue.

Menthe Alba : “C’est une menthe blanche, fraîche et poivrée. Nous avons voulu trouver un juste équilibre entre la fraîcheur et le goût subtil d’une menthe de caractère. Le but étant de se démarquer des nombreuses références mentholées trop anesthésiantes à mon goût.”

Vanille Planifolia : “C’est la principale espèce d’orchidée utilisée pour produire la vanille. Originaire du Mexique, elle a une histoire fascinante, et nous avons cherché à reproduire le goût gourmand d’une véritable gousse de vanille, rehaussée de notes florales, à l’inverse de la traditionnelle custard, très sucrée et crémeuse.”

Classic Rustica : “C’est un tabac qui a demandé une recherche aromatique rigoureuse. Un blond distingué, boisé et naturellement miellé qui, on l’espère, deviendra un compagnon de tous les jours.”

Mangue Alphonso : “Elle est considérée comme la meilleure mangue du monde, elle est originaire d’Inde. Cette saveur représentait pour nous un réel challenge car retranscrire le vrai goût d’une mangue Alphonso n’était pas chose facile. Il semblerait qu’elle soit notre best-seller. J’invite les vapoteurs à la goûter pour qu’ils se fassent leur propre opinion !”

“Avec ces quatre saveurs, l’objectif est d’animer son espace de vente pour se différencier de la concurrence, en incitant la clientèle à venir en boutique. Un moment privilégié entre le client et le conseiller se met alors en place lors du remplissage”, conclut Valentin Masset.

Maousse Lab et zéro déchet

Les liquides sont fabriqués par Maousse Lab. “Jason Voreux, qui est connu pour être un des premiers juice makers, et Loïc Vanhille ont été décisifs dans l’aventure. Vous connaissez certainement Jin and Juice ? C’est eux !”, s’enthousiasme le boss de Birdy Vape.

Le concept était très spécifique : “Il ne rentrait pas dans les chaînes de production habituelles, il a fallu s’adapter. Jason et Loïc ont tout de suite été séduits par le concept, ils nous ont rejoints dans cette belle aventure car ils y croient autant que nous. Je les remercie beaucoup, sans eux, ça aurait été sans doute impossible”, admet-il. 

À l’origine, le projet était prévu pour sortir début mai, mais Covid-19 oblige, il a pris énormément de retard. Finalement, le déploiement du concept a commencé début juillet. Birdy Vape a déjà une vingtaine de partenaires et encore de nombreuses demandes à traiter.

Le tout avec un perroquet pour emblème. “C’est un oiseau que l’on retrouve sur tous les continents, multicolore, qui évoque la tolérance et le voyage. Pour nous, il s’imposait comme une évidence”, sourit Valentin Masset.

Jusqu’où volera le perroquet de Birdy Vape ? Leur but est d’être toujours plus exigeants sur la qualité des produits et des services. Leur objectif ultime est de tendre vers le “zéro déchet” en restant sur un segment haut de gamme et accessible. 

La vape de Valentin Masset 

Vapoteur depuis : 2013.

Setup actuel : Nautilus GT d’Aspire ou Aegis Mini de Geek Vape.

E-liquide préféré : Vanille Planifolia de Birdy Vape.

Taux de nicotine : 3 mg/ml.

Consommation : moins de 10 ml.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer