Revue de Presse

Cigarette électronique en France : bientôt une normalisation

Une chose est certaine, la cigarette électronique connaît actuellement un succès fulgurant. Et celui-ci semble bien parti pour durer. Face à l’engouement que suscite ce dispositif, les autorités françaises ont pris la décision de rassurer les utilisateurs. Suite à une requête de l’INC ou Institut National de la Consommation, l’AFNOR ou Association Française de Normalisation a mis en place les conditions indispensables pour la normalisation de l’e-cigarette. Avant la fin de l’année 2014, des normes de sécurité et de transparence devraient être définies.

Aujourd’hui, la France compte plus d’un million de vapoteurs régulier. Et près de 9 millions de personnes ont déjà testé la cigarette électronique. Face à cet engouement, l’AFNOR agit et la toute première réunion de travail est programmée pour le 16 mai 2014. En vue de cet événement très attendu par les opérateurs du secteur, une commission de normalisation a été créée. Celle-ci regroupe plusieurs entités : l’INC, des représentants des pouvoirs publics, des associations d’utilisateurs et de consommateurs, des distributeurs et des fabricants, laboratoires, des représentants de l’industrie du tabac ainsi que quelques autres organismes. Ensemble, ces acteurs vont déterminer les critères de transparence et de sécurité.

A noter qu’il s’agit d’une grande première en Europe. Au final, il sera possible de faire la différence entre les produits respectant les normes et ceux qui n’offrent pas une sécurité satisfaisante compte tenu des exigences de sécurité établis par le Code de la consommation et la législation en matière de substances dangereuses.

Cette normalisation volontaire apporte également un plus pour les laboratoires d’essais. Ces derniers auront, en effet, la possibilité de se baser sur des techniques harmonisées pour le test des produits avant la distribution finale.

Du fait de son caractère « volontaire », les normes qui seront mises en place seront appliquées ou non par les acteurs concernés. Il appartient à ces derniers de prendre cette décision et cette responsabilité. Dans tous les cas, la normalisation apportera sans doute un plus à l’industrie française.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page