Actualités

Italie : comment un scientifique a maintenu l’ouverture des vape shops

L’Italie a été particulièrement touchée par le Covid-19. Pour endiguer la propagation du virus, les autorités locales ont adopté des mesures très strictes, qui touchaient aussi les boutiques de vape. Heureusement, le Dr Riccardo Polosa s’est levé et a réussi à autoriser les shops à maintenir leur ouverture dans la botte italienne.

L’Italie a connu l’une des pires épidémies de Covid-19 en dehors de la Chine et des États-Unis, après que des cas sont apparus dans la région de Lombardie et se sont rapidement propagés à d’autres régions. Au moment où nous écrivons ces lignes, le pays comptait plus de 129 000 cas confirmés et près de 16 000 décès. L’infrastructure sanitaire nationale italienne est soumise à d’énormes pressions en raison du nombre de personnes qui ont besoin de soins intensifs.

Pour endiguer la propagation du virus, le gouvernement a adopté certaines des mesures les plus strictes au monde, interdisant tous les rassemblements publics, fermant les écoles et fermant la plupart des entreprises commerciales, y compris les bars et les restaurants. Les boutiques de vape étaient initialement incluses mais sont maintenant exemptées. Et le pays doit remercier un homme en particulier pour cela.

Le Dr Riccardo Polosa est un scientifique et un chercheur de renommée mondiale sur la vaporisation et la réduction des risques tabagiques. Il est le fondateur du Centre d’excellence pour l’accélération de la réduction des risques (CoEHAR) à Catane, en Italie. Il a publié des dizaines d’études sur des sujets liés à la vaporisation. J’ai parlé avec le Dr Polosa du verrouillage du pays et de la manière dont il affecte les personnes qui vapotent ou qui fument.

Combien de personnes vapotent en Italie ?

Riccardo Polosa : Près d’un million de personnes vapent et environ 16 millions fument des cigarettes

Le gouvernement italien a fermé la plupart des entreprises, y compris les boutiques de vape. Comment cette décision a-t-elle été annulée ?

R. P. : Le 11 mars, Giuseppe Conte, notre président du Conseil, a annoncé la fermeture complète de toutes les activités commerciales, y compris les bars et les restaurants. Les seules exceptions concernaient les pharmacies, les supermarchés, les marchands de journaux et les bureaux de tabac. Je me suis un peu fâché. Et le lendemain matin, j’ai lancé un certain nombre de positions déclaratives. J’ai pensé qu’il était terriblement mauvais de maintenir les bureaux de tabac ouverts et les vape shops fermés pour la simple raison que dans une situation de grande anxiété et de stress, les gens fumeront beaucoup chez eux, où ils sont confinés, et ils exposeront beaucoup de leurs proches aux risques de la fumée de tabac. En particulier les jeunes bébés, les enfants.

De plus, il y a des centaines de milliers de vapoteurs dans toute l’Italie et, en raison du stress de l’épidémie de Covid-19, ils seraient retournés à la cigarette pour maintenir leurs besoins en nicotine. J’ai pensé que cela allait être extrêmement dangereux du point de vue de la santé publique. Et je l’ai fait remarquer au gouvernement.

J’ai appelé l’Association nationale des professionnels de la vape (ANAFE), qui est la plus importante organisation de producteurs de cigarettes et liquides électroniques du pays, qui a des liens politiques et des connexions avec le gouvernement, et à travers eux j’ai signalé ces problèmes. Et le fait qu’il était extrêmement injuste que les fumeurs ne puissent pas avoir la possibilité de passer à des produits à risque réduit.

Plus important encore, des centaines de milliers de vapoteurs auraient risqué de revenir au tabagisme. C’était une question de santé publique à mon avis. En outre, de nombreux vapoteurs présentant des maladies respiratoires ont vu leurs symptômes diminuer en raison du vapotage, et en arrêtant la vape, nous aurions constaté une augmentation de l’exacerbation aiguë des maladies respiratoires. Cela aurait été extrêmement préjudiciable au système de santé national à une époque où les lits des soins intensifs sont occupés et ne sont pas disponibles pour autre chose.

En revenant au tabagisme, les patients atteints de maladies respiratoires qui utilisent des cigarettes électroniques et qui ont constaté des effets bénéfiques extrêmes dans leurs symptômes auraient vu leur maladie s’aggraver.

Que s’est-il passé ensuite ?

Le 13 mars, le ministère de la Santé et le Premier ministre ont clarifié la situation et ont déclaré qu’en plus des bureaux de tabac, les boutiques de vape peuvent rester ouvertes pour répondre aux besoins des personnes qui vapotent. Les taxes sur les produits de vaporisation ont probablement joué un rôle, mais dans une situation où le pays perd des milliards, je ne pense pas que ce soit la principale raison. J’ai été très heureux de voir que le gouvernement était extrêmement réceptif. En quelques jours, ils ont réagi et ont dit que les vape shops pouvaient rester ouverts.

C’est incroyable !

C’est une indication que le gouvernement comprend vraiment la valeur de la vape par rapport au tabagisme quand il n’y a pas de problèmes idéologiques au milieu.

Vous êtes le seul à avoir soulevé cette question et à avoir passé les appels ?

Je ne pense pas avoir beaucoup de pouvoir, mais beaucoup de gens écoutent ce que j’ai à dire parce que j’essaie d’être objectif dans mon évaluation de ces situations. J’ai donc une certaine crédibilité, mais en même temps, d’autres acteurs ont joué un rôle dans ce processus. Le plus important est que le gouvernement ait agi rapidement pour s’assurer que les boutiques de vape allaient rouvrir très rapidement.

Nous avons donné l’exemple dans le monde entier que même notre gouvernement, qui a eu une attitude de yo-yo vis-à-vis des produits vaporisés, a été extrêmement positif en réponse à l’urgence du Covid-19. Ils ont donc pris très au sérieux les besoins des vapoteurs italiens et, ce faisant, ils reconnaissent l’importance de la vape et sa sécurité relative.

Aux États-Unis, des gens estiment que le risque de contracter le Covid-19 est plus élevé si vous fumez ou si vous vapez.

Il n’y a aucune preuve de cela. C’est juste une façon d’essayer de créer une nouvelle hystérie.

Vous avez fait des études qui ont montré l’inversion des effets nocifs chez les fumeurs qui passent à la vape.

Nous avons fait un certain nombre d’études sur des patients souffrant d’asthme, de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et d’hypertension artérielle. Chez tous ces patients, mais plus particulièrement chez les patients atteints de BPCO, nous avons trouvé des preuves dans nos études qui montrent une amélioration constante.

L’un des problèmes que pose la démonstration du paradigme de la réduction des risques liés au tabac chez les fumeurs en bonne santé est qu’il est difficile de montrer la réduction des risques dans un délai raisonnable. Il faudra des décennies pour montrer l’impact du passage de produits combustibles à des produits à risque réduit. Cependant, si l’on considère les personnes qui ont déjà développé des maladies liées au tabagisme, en particulier celles qui en sont aux premiers stades, en passant à des produits à risque réduit, il est plus facile de montrer des améliorations de leurs résultats pour la santé.

Par exemple, concernant les personnes qui développent une BPCO, nous avons montré qu’en passant exclusivement à la vaporisation, elles amélioreront un certain nombre d’objectifs et de résultats respiratoires subjectifs. Il n’y a pas de réduction des risques parce qu’ils ont déjà développé la maladie, mais peut-être que vous réduirez le risque d’autres maladies liées au tabagisme, par exemple les maladies cardiovasculaires ou le cancer.

Ce que j’essaie de dire, c’est que pour les personnes qui ont déjà développé une maladie liée au tabagisme, c’est une bonne nouvelle. Ils peuvent ressentir par eux-mêmes les effets bénéfiques du changement.

Helen Redmond, Filter

D’après une publication originale traduite de l’anglais

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer