Actualités

Italie : une nouvelle étude prouve l’efficacité de la vape

Une étude, publiée en avril dernier dans Addictive Behaviors, a indiqué une fois de plus l’efficacité des cigarettes électroniques pour aider les fumeurs à réduire leur consommation de tabac et à améliorer leur santé pulmonaire.

L’étude intitulée “Avantages des e-cigarettes dans la réduction du tabagisme et dans la santé pulmonaire chez les fumeurs chroniques soumis à un programme de dépistage du cancer du poumon à 6 mois” a été menée dans le but de déterminer si les cigarettes électroniques peuvent être considérées comme efficaces et sûres pour accompagner l’arrêt du tabac. Elle souhaitait aussi évaluer leurs effets sur la fonction pulmonaire en notant les différences dans des conditions telles que la toux ou l’essoufflement, qui sont courantes chez les fumeurs.

210 fumeurs ont été recrutés. Ils étaient âgés de 55 ans et plus et avaient fumé en moyenne 10 cigarettes par jour pendant au moins 10 ans. Ils ont été répartis au hasard en trois groupes, l’un recevant des cigarettes électroniques dotées d’e-liquide nicotiné, l’autre des placebos (sans nicotine) et un groupe témoin n’a pas reçu de cigarette électronique.

Tous les participants ont reçu un programme d’arrêt du tabac de trois mois comprenant un programme cognitivo-comportemental pour les soutenir dans leurs efforts de changement de comportement et accroître leur motivation à arrêter de fumer.

Un taux plus faible de CO pour les vapoteurs

Les données compilées à partir de mesures autodéclarées, d’évaluations cliniques et du questionnaire sur la toux de Leicester ont révélé que parmi les participants qui fumaient encore à la fin de l’étude, il y avait une différence significative entre les groupes en ce qui concerne le nombre de cigarettes fumées quotidiennement. Les participants du groupe qui vapotait des e-liquides nicotinés fumaient en moyenne 11 cigarettes par jour, contre 14 dans le groupe doté de cigarettes électroniques sans nicotine et 13,5 dans le groupe témoin.

Les chercheurs ont noté une autre différence entre les groupes chez ceux qui fumaient toujours au bout de 6 mois. Ils ont constaté est un écart significatif de CO exhalé. Les participants du groupe cigarette électronique avec nicotine ont eu une moyenne de CO exhalé de 12,0, contre 15,3 dans le groupe cigarette électronique sans nicotine et 16,5 dans le groupe de contrôle. Évidemment, un taux plus faible de CO2 exhalé est préférable du point de vue de la santé.

La vape démontre une fois de plus son efficacité dans le sevrage tabagique

Enfin, les chercheurs ont également constaté une différence significative de dépendance à la nicotine entre les groupes. Tous les participants présentaient une dépendance faible à modérée au bout des 6 mois. Les fumeurs du groupe équipé de cigarettes électroniques et de nicotine avaient un taux moyen de 3,12, contre 4,32 dans le groupe cigarette électronique sans nicotine et 3,59 dans le groupe de contrôle.

“Après 6 mois, environ 20 % de l’ensemble de l’échantillon a cessé de fumer. Les participants qui utilisaient des cigarettes électroniques avec nicotine fumaient moins de cigarettes que tout autre groupe à la fin de l’étude. Nos données confirment l’efficacité et la sécurité des cigarettes électroniques en aidant les fumeurs à réduire leur consommation de tabac et en améliorant l’état de santé pulmonaire”, ont conclu les chercheurs. Une nouvelle étude à poser sur la pile déjà gigantesque des preuves que la vape est efficace si on a envie d’arrêter de fumer.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer