Actualités

Lassés d’attendre une loi fédérale qui traîne, les cantons prennent de l’avance

Depuis la Suisse, Isabelle Pasini, présidente de l’Association Romande des Professionnels de la Vape (ARPV), rapporte l’actualité locale de la vape des derniers mois.

La loi fédérale n’ayant toujours pas passé la 2e chambre parlementaire, elle est attendue au mieux pour 2022. Après Genève, d’autres cantons suisses prennent les choses en main pour légiférer sur la vape au plus vite. Au menu, interdiction de publicité, de vente aux mineurs et bannissement des lieux publics.

Les 7 cantons francophones en 1re ligne

Genève a été le 1er canton à s’être doté d’une loi sur la vape en début d’année. Imposant avec bienveillance l’interdiction de vente aux mineurs, cette loi met toutefois la vape au même rang que la cigarette traditionnelle. La publicité et l’utilisation dans les lieux publics sont bannies. Les tests en boutique deviennent donc illégaux. L’ARPV avait lancé un référendum contre cette loi afin que le débat soit médiatisé et que les autorités comprennent l’importance de cet outil de réduction des risques. À ce jour, les signatures sont toujours en cours de validation, mais le débat a peu avancé. Le sacro-saint principe de précaution est indéboulonnable.

Emboîtant le pas à Genève, c’est le canton de Neuchâtel qui a discrètement publié un arrêté avec les mêmes restrictions pendant la période de confinement. Une demande de dérogation pour les vape shops a été faite, sans réponse à ce jour.

Viendront ensuite Fribourg, qui prévoit une modification de son ordonnance sur la fumée passive pour cet été, Berne pour le 1er octobre et le Valais pour le début de l’année prochaine. Quant aux cantons de Vaud et du Jura, les discussions vont bon train et des projets de loi sont en préparation.

Un combat probablement déjà perdu

Le travail de notre association porte ses fruits sur l’amélioration de l’image de la vape auprès du grand public. Les organismes d’addiction reconnaissent enfin publiquement que la cigarette électronique est un véritable outil de réduction des risques. Malheureusement, il semble trop tard pour convaincre les autorités suisses, qui ne voient en la vape qu’un nouveau fléau et de nouvelles rentrées de taxes. À cette vitesse, il sera interdit de vapoter dans tous les lieux publics en Suisse bien avant que la loi fédérale ne soit en vigueur. Les tests en boutique vont donc être interdits ou devront se faire dans un local fermé, isolé, ventilé et désigné comme tel, bref dans un fumoir. SIC !

info@arprovape.ch – https://arprovape.ch/

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer