Revue de Presse

Les adeptes de la cigarette électronique attirent l’attention de l’Union Européenne

Le 19 septembre 2013, les vapoteurs célébraient le World Vaping Day. Bon nombre d’entre eux s’étaient alors donné rendez-vous à Paris, pour un rassemblement autour de la cigarette électronique. Des dizaines de personnes étaient de la partie. Ceux qui n’étaient pas présents physiquement ont fait connaître leur position sur les réseaux sociaux à travers l’événement Vapin’Liberty. Dans tous les cas, les associations AIDUCE et CACE ont profité de l’occasion pour attirer l’attention de l’Union Européenne.

 

Défense de l’e-cigarette

Pour rappel, AIDUCE est une association de vapoteurs tandis que CACE réunit des acteurs de l’e-cigarette.

Les vapoteurs présents à Paris ont participé au lancement d’un mouvement pour défendre la cigarette électronique au niveau européen, ce dispositif qui contribue positivement au combat contre le tabagisme.

Les distributeurs ainsi que les vapoteurs craignent les retombées d’une mesure de restriction qui pourrait être prochainement être appliquée. L’e-cigarette pourrait notamment obtenir le statut de produit pharmaceutique. Le dispositif serait alors exclusivement distribué en pharmacie.

 

Des réactions enflammées

  • De son côté, le président d’AIDUCE affirme que les changements envisagés pourrait nuire au combat contre le tabagisme auquel contribue fortement la cigarette électronique. A noter que le nombre de vapoteurs en Europe est évalué à environ 7 millions.
  • Pour sa part, le numéro 1 du CACE souligne le fait qu’il n’existe pas encore de réglementations spécifiques pour l’e-cigarette. Toutefois, les acteurs du marché estiment être des professionnels responsables. Ils n’ont pas manqué de soumettre des propositions aux autorités afin d’encadrer la distribution.

 

Mobilisation pour l’avenir de l’e-cigarette

Bertrand Dautzenberg, le président de l’OFT semble se ranger du côté des associations précédemment citées. En effet, un communiqué diffusé par ses soins indique qu’il n’est pas d’avis que l’e-cigarette ne devrait pas être intégré dans la directive portant sur les produits du tabac.

Ce pneumologue est bien d’accord sur le fait qu’il n’est pas possible que l’e-cigarette continue à être classé dans la catégorie des produits de consommation. Mais le mettre au même rang que les médicaments n’est pas la meilleure alternative. Ce serait pousser les anciens fumeurs à renouer avec leurs mauvaises habitudes d’avant étant donné la facilité d’accès par rapport à la cigarette électronique.

 

L’avenir de la cigarette électronique est entre les mains des décideurs. De quel statut l’e-cigarette va-t-elle finalement hérité ?

 

Notez cet article
Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page